Comment stopper la CAF ?

12

En ce qui concerne les problèmes de congestion dans les grandes villes du Cameroun, le sociologue estime que ce membre du gouvernement ne peut pas être aussi incompétent après tant d’années d’activité.

JDC : À votre avis, qu’est-ce qui peut justifier la montée de l’incertitude au cours de la période de Noël ?

A lire aussi : Comment faire un changement d'adresse ?

Prof. Claude Abé  : La période de Noël est une période potentiellement incertaine. Dans la mesure où, en principe, beaucoup d’argent circule dans l’imagination de l’individu. Les deux doivent faire baptiser les enfants et communier, organiser des arbres de Noël et le réveillon du Nouvel An. Alors les criminels se disent que l’argent est en circulation, nous devons inventer des moyens de faire notre part dans l’argent qui est en circulation. À mon avis, les partis sont sources d’incertitude, et Les individus eux-mêmes structurent l’incertitude par leur comportement. Parce qu’ils ont également pu organiser leurs activités bien avant et s’assurer que le jour de la fête, que ce soit le moment de la fête.

Sur les embouteillages : comment fluidifier la circulation dans les grandes villes du Cameroun

A lire également : Comment Calcule-t-on la valeur des murs commerciaux ?

Vous me posez une question qui concerne le ministre responsable des travaux publics, que je trouve incompétent. On ne peut pas être ministre des Travaux publics aussi longtemps, et un ministre dans la ville n’est pas si incompétent. On ne sait pas exactement comment cela fonctionne pour maintenir les routes urbaines exactement au rythme de l’évolution de la population. Il y a ce décalage entre les données démographiques et les routes de circulation. Et cela s’intensifiera pendant la période de Noël. Deuxièmement, le ministre de la ville ne stipule pas que nous essayons de faire circuler normalement. Pour ma part, ce sont les gens qui doivent cesser de fumer.

La cause du malsain dans nos grandes villes, notamment à Yaoundé, est-elle liée à un problème d’éducation ?

Non, il ne s’agit pas que d’éducation ! Il est vrai qu’il existe un problème de grossièreté lié à deux choses. En raison du manque d’éducation à la citoyenneté, il y a des gens qui vivent dans la saleté, et dans cette saleté, ils ne sont pas émus par les malsains. L’insalubrité est un environnement dans lequel ils s’épanouissent. Mais il y a aussi des personnes qui ne vivent pas réellement dans des conditions insalubres, mais les conditions insalubres sont une raison de dénoncer le fonctionnement de notre société

Enfin, à la hausse des prix pour aliments de base. Pensez-vous que le gouvernement a les moyens d’enrayer ce phénomène ? .

Il y a des Bayam Sellam grandeur nature qui pensent détenir les clés de l’économie au Cameroun, alors qu’ils ne sont en fait que des commerçants. Et ces détaillants organisent des pauses pour un certain nombre de produits afin d’en faire plus. À mon avis, la loi de l’offre et de la demande n’a même pas commencé à jouer son rôle par le ministère du Commerce. Je ne comprends pas, nous sommes dans un pays où nous ne réglementons pas de telles activités. Comment pouvez-vous imaginer que le prix du pétrole Diamaor, qui est de 1150 FCFA, monte jusqu’à 1800 dollars dans nos zones urbaines, c’est-à-dire que nous sommes en Arnaque Bien organisée.

Interview réalisée Par Pierre Tahingam