Rejingot : définition et importance dans la construction

463

Le rejingot est un terme technique en maçonnerie qui désigne un petit relief situé à la base d’un versant de toit ou d’une fenêtre, assurant l’écoulement de l’eau vers l’extérieur. Cette composante discrète mais essentielle prévient les infiltrations d’eau, protégeant ainsi la structure d’un bâtiment contre les dégâts liés à l’humidité. Sa conception doit être méticuleuse pour garantir une étanchéité efficace. Dans les projets de construction, le rejingot joue un rôle clé pour la longévité et la préservation de l’intégrité des habitations, en évitant les problématiques telles que les moisissures et les dommages à la maçonnerie.

Le rejingot expliqué : définition et fonctionnalités

Défini comme un élément clé dans l’architecture de nos habitations, le rejingot est ce relief en pente, soigneusement maçonné dans la partie supérieure de la pièce d’appui d’une menuiserie, qui assure l’écoulement de l’eau de pluie hors de l’édifice. Sa présence est particulièrement remarquable au niveau des fenêtres, où il se situe sur l’appui, jouant ainsi un rôle décisif dans la préservation de l’étanchéité du bâti. Considérez cette pièce comme un gardien silencieux qui prévient l’infiltration d’eau à l’intérieur des murs, ainsi que les dégradations qui pourraient en résulter.

A lire également : Faire appel à un peintre suite à un dégât des eaux

Ce composant architectural, bien qu’assez discret, intéresse au premier chef le monde de la maçonnerie et celui de la menuiserie. Effectivement, le rejingot n’est pas seulement un élément de la pièce d’appui, il est aussi nécessaire pour assurer la fonctionnalité des menuiseries – fenêtres, portes-fenêtres, et baies vitrées. En empêchant l’eau de stagner et de s’infiltrer, il contribue à maintenir intacte la structure de la fenêtre, ainsi que son vitrage et son dormant, pièces maîtresses de l’ouvrage de menuiserie.

Les travaux de construction ou de rénovation requièrent une attention particulière à la mise en place du rejingot, en suivant les indications précises de la relation entre ce dernier et la pièce d’appui. Le rejingot fait partie intégrante de l’ensemble menuiserie et son bon fonctionnement est essentiel à l’intégrité de l’habitation. Il faut veiller, lors de l’installation ou de la réfection de fenêtres, à ce que ce détail technique soit parfaitement exécuté pour assurer l’efficacité de l’ensemble de l’œuvre.

A voir aussi : L’élégance des briques de parement pour la durabilité

La mise en œuvre du rejingot : matériaux, dimensions et normes

Dans la construction ou la rénovation de l’habitat, la sélection des matériaux pour le rejingot est diverse : PVC, bois, aluminium, pierre ou béton. Chacun d’entre eux, choisi pour ses propriétés d’étanchéité et de durabilité, doit correspondre au style architectural de l’édifice. Le PVC et l’aluminium, par exemple, offrent une résistance remarquable aux intempéries et une facilité de maintenance, tandis que la pierre et le béton apportent une touche esthétique et traditionnelle, en plus de leur robustesse.

La dimension du rejingot, élément central pour son efficacité, obéit à des spécifications précises. Le Document Technique Unifié de la menuiserie, ou DTU, édicte une largeur et une hauteur minimales, ainsi qu’une pente suffisante pour favoriser l’écoulement de l’eau. Ces normes, majeures pour assurer l’isolation thermique et l’étanchéité, doivent être scrupuleusement respectées par les professionnels du bâtiment.

Les normes réglementaires, telles que la RT 2012 ou les recommandations du CSTB n°352, encadrent aussi la conception des rejingots. Elles visent à minimiser les ponts thermiques et à promouvoir une isolation efficace. La conformité aux normes est indispensable, tant pour la performance énergétique de l’habitat que pour la prévention des infiltrations d’eau et des désordres qui pourraient en découler.

Les professionnels du secteur, tels que les maçons, les artisans menuisiers et les installateurs de fenêtres, doivent donc posséder une connaissance approfondie des réglementations en vigueur. Leur expertise garantit que le rejingot, pièce maîtresse de l’appui de fenêtre, est installé dans le respect des règles de l’art, assurant ainsi le bien-être des occupants et la pérenité de la structure.

construction réjingot

L’impact d’un rejingot défectueux et les bonnes pratiques de rénovation

Un rejingot défectueux peut engendrer des infiltrations d’eau préjudiciables pour l’intégrité des menuiseries et la structure même du bâtiment. Ces infiltrations sont susceptibles de causer des dégradations majeures : moisissures, détérioration de l’isolation thermique et, à terme, altération des matériaux. Une vigilance accrue est donc recommandée lors de l’inspection des pièces d’appui existantes, notamment lors de travaux de rénovation.

Face à ces désagréments, l’intervention d’un expert ou d’un installateur de fenêtres qualifié s’impose. Ces professionnels évaluent l’état du rejingot, identifient les failles potentielles et proposent des solutions adaptées. Dans le cas de rénovation, il faut s’assurer que le rejingot soit restauré ou remplacé conformément aux normes en vigueur pour garantir son bon fonctionnement.

Lors de la rénovation, il faut suivre des pratiques exemplaires. Un maçon expérimenté pourra reconstituer un rejingot maçonné en respectant les dimensions et la pente requises. Pour les structures préfabriquées, l’ajustement doit être précis pour éviter tout risque d’infiltration future. L’usage de matériaux compatibles avec l’existant et une finition soignée s’avèrent primordiaux.

La mise en place d’un joint d’étanchéité performant entre la traverse basse de la fenêtre et le rejingot assure une protection supplémentaire contre l’humidité. Les artisans menuisiers, en collaboration avec les maçons, doivent veiller à l’harmonie entre la menuiserie et la maçonnerie pour une isolation optimale. Une attention particulière est à porter aux ruptures de pont thermique afin d’éviter les déperditions de chaleur et les problèmes d’humidité condensée.